Historique des collections

Les collections de l’université sont antérieures à l’ouverture de la faculté des sciences de Rennes.
L’origine des plus anciennes pièces se situe au milieu du XVIIIe siècle. En effet, quelques specimens ont appartenu au Cabinet des curiosités de Christophe-Paul de Robien, dont le catalogue des collections existait déjà en 1743. A ces collections, devenues “bien national”en 1792, s’ajouteront d’autres, conserves au “Muséum d’Histoire naturelle et des arts”, et accessibles au public de 1798 à 1814 à l’ancien évêché de Rennes, place Saint-Melaine.
La faculté des sciences de Rennes, s’ouvre solennellement en 1840 et pour l’enseignement en 1841. Les cours ont lieu au Présidial de l’Hôtel de ville jusqu’en 1855. Afin d’illustrer les enseignements, pour compléter les collections déjà sur place, des achats d’objets scientifiques sont effectués. Les locaux sont assez exigus et le Doyen, Professeur de Zoologie, Félix Dujardin doit travailler chez lui, faute de place.
La Faculté des Sciences gagne entre 1855 et 1858 un bâtiment plus vasteconstruit sur les bords de la Vilaine dont le cours vient d’être rectifié : le Palais Universitaire.
Dans cet édifice un musée municipal d’histoire naturelle sera ouvert au public en 1872.
Il présente des collections enrichies considérablement entre 1860 et 1870 par la Société des
sciences physiques et naturelles du department d’Ille-et-Vilaine.
Le nombre d’étudiants n’ayant cessé de croître, il faut construire un nouveau bâtiment pour la faculté des sciences qui s’installe à partir de 1894 dans un bâtiment proche du port de Viarmes (place Pasteur).
Les collections universitaires de matériel scientifique, de botanique, de zoologie gagnent progressivement ce bâtiment, les collections de géologie sont transférées en 1938 à l’Institut de Géologie, rue du Thabor. Les collections municipales (géologie, archéologie, botanique, zoologie) restent au muse municipal, ouvert au public.
En 1944, l’armée allemande fait sauter les ponts sur la Vilaine pour retarder l’avancée des armées alliées. Le Palais universitaire est partiellement détruit. Pour les protéger, les collections du musée municipal sont dispersées dans les écoles et lycées rennais ainsi que
dans la faculté des sciences proche. Le bâtiment de la place Pasteur est aménagé pour mieux abriter les collections qui y restent à l’abri de la lumière, du public et ... des étudiants jusqu’en 1967.
Le campus de Beaulieu est aménagé pour abriter un nombre d’étudiants toujours croissant. Une partie des bâtiments prévus pour héberger les collections (anciennement municipales) se révèle inadéquat.
Les collections gagnent progressivement le campus ; celles de géologie arrivent en 1972 et bénéficient d’une présentation muséologique. D’une façon générale, les collections constituées du campus de Beaulieu sont maintenues dans des conditions ne permettant pas une bonne conservation.
Celles de matériels et instruments scientifiques, qui ne forment pas au début une collection, sont constituées d’objets qui, au mieux, gagnent progressivement des locaux désaffectés, ou disparaissent dans des ventes ou, au pire, partent à la “benne”.
Plusieurs projets se sont succédés pour la creation d’un site de préservation et de valorisation des collections:
- Musée des sciences naturelles (1968) ; projet MASUR (1973)
- Musée des sciences naturelles (1982). Ce projet est à l’origine de la création du CCSTI de Rennes qui est devenu l’Espace des Sciences.