Hans-Walter Müller, architecte de l’air

Prolifique, c’est le mot qui définit le mieux le travail d’Hans-Walter Müller. À 82 ans, cet ingénieur et architecte de formation a dédié sa vie à l’architecture gonflable.

Visuel

Après un diplôme obtenu à l’École polytechnique de Darmstadt, en Allemagne, il rejoint l’École des Beaux-Arts de Paris et se forme auprès de grands noms tels que Jean Prouvé, Ernst May ou encore Raymond Lopez. Il réalise son premier gonflable en 1969, à la demande du curé de la commune de Montigny-lès-Cormeilles, qui souhaitait animer sa fête paroissiale. Il fabrique ainsi une église gonflable d’une capacité de 200 personnes et d’un poids de 39 kilos.

A l’origine, le gonflable représentait, pour Hans-Walter Müller, une surface de projection changeante, capable de disparaître ou d’apparaître selon les souhaits de son concepteur. Il évoluera rapidement vers la réalisation d’espaces habités, en passant de l’art à l’architecture. En se déployant sous la pression de l’air, l’architecture devient mouvement, elle est le prolongement de l’art cinétique. Depuis sa première œuvre gonflable jusqu’à nos jours, l’artiste allemand n’aura de cesse de se renouveler et d’innover. Parmi ses réalisations, on peut citer, pêle-mêle : une structure pour la Fête de l’Humanité, une salle molle pour une exposition Dalí au Centre Pompidou, un théâtre itinérant pour les Jeux Olympiques de Barcelone, des collaborations avec les chorégraphes Maurice Béjart ou Merce Cunningham, etc… Plus récemment, Hans-Walter Muller a mis en place en 2016 une bulle d’accueil pour le camp des migrants de la Porte de la Chapelle, à Paris.

Conférence organisée dans le cadre du Maintenant Festival, en partenariat avec l'association Electroni-k.

Crédits photo : Hans-Walter Muller par Clément Guillaume