Habitabilité des océans internes des lunes de glace de Jupiter et de Saturne

Une Conférence de Gabriel TOBIE proposée par l'Institut de Physique de Rennes

Visuel

Une conférence de Gabriel TOBIE, Chargé de recherche CNRS, LPG Nantes.

Habitabilité des océans internes des lunes de glace de Jupiter et de Saturne

Invité par l’Institut de Physique de Rennes, Gabriel TOBIE, chercheur au CNRS, évoquera l’exploration des systèmes de Jupiter et de Saturne, respectivement par les missions Galileo (1996-2003) et Cassini-Huygens (2004-2017) a révélé que plusieurs lunes autour de ces deux planètes géantes abritent des océans salés sous leur surface glacée. La composition de ces océans résulte probablement de processus aqueux assez complexes, impliquant des interactions entre de l’eau, des roches et des composés organiques et différents éléments volatiles à partir des quels ces objets se sont formés. La sonde américaine Cassini a apporté les premières preuves de processus aqueux actifs à l’heure actuelle à l’intérieur d’Encelade, faisant de cette petite lune de Saturne une cible prioritaire pour la recherche de vie dans le Système solaire. Même s’il n’y a pas encore de preuve direct, des processus similaires pourraient se produire dans d’autres lunes, en particulier Europe, une des lunes majeures de Jupiter. Europe et Encelade ont la particularité d’être soumises à de puissants effets de marée qui peuvent produire une grande quantité de chaleur dans leur intérieur et ainsi maintenir des conditions propices au développement de la vie. Estimer le potentiel exobiologique de ces océans internes nécessite de mieux comprendre la structure et la composition interne de ces lunes et leur évolution passée. Des missions spatiales se préparent actuellement en Europe (ESA JUpiter ICy moon Explorer) et aux Etats-Unis (NASA Europa Clipper) pour poursuivre l’exploration des lunes de Jupiter, avec comme but principal d’évaluer l’habitabilité de leurs océans. Au cours de cette présentation,  j’illustrerai à partir  de quelques exemples comment en combinant observation, modélisation numérique, expérimentation en laboratoire, il est possible de contraindre l’habitabilité de ces lunes.