Visites de lieux culturels

Visites commentées dans les espaces culturels de la métropole.
Ces visites sont gratuites et réservées aux étudiants et personnels de l'université, sur inscription.
Photo des Archives Départementales

Les services culturels des universités rennaises vous proposent des visites dans les musées et lieux d’art :

Mercredi 21 octobre 2020 à 18H
Galerie Art et Essai - Université de Rennes 2
Visite de l’exposition de Julie MEYER « De sable et de verre brisé »

Toujours ancrés dans une géographie précise, les travaux de Julie Meyer découlent de l’étude des rapports entretenus par l’homme avec son environnement. Elle développe une réflexion sur la fabrication du paysage et sur l’impact de l’activité humaine dans sa transformation. Elle observe les mutations urbaines, les traces laissées par les habitants de zones géographiques et les manières dont les individus mettent leur espace en mouvement. Mes recherches interrogent l’identité et le devenir d’un territoire. En concevant des dispositifs de vision, ses travaux investissent les intervalles entre l’image fixe et l’image animée. Par des procédés analogiques ou numériques, elle scrute l’image à la loupe, parasite les flux et construis des mises en abyme. Ses recherches se déploient principalement dans les champs des images techniques (photographie et vidéo) et du dessin cartographique.

Julie Mayer


Annulée :
Mercredi 18 novembre 2020 à 18H

Les archives départementales
Visite de l’exposition Bleu pétrole, le scandale Amoco
 
Une marée noire de très grande ampleur Le 16 mars 1978, le super-tanker américain Amoco Cadiz s’échoue à quelques milles du littoral du Nord-Finistère, devant Portsall. A l’origine de l’une des plus importantes marées noires de l’histoire, cette catastrophe a aussi permis une véritable prise de conscience écologique.
L’Amoco Cadiz, navire américain battant pavillon libérien et conduit par un équipage italien, s’échoue près du littoral finistérien le 16 mars 1978, vers 22h00. En 15 jours, ce sont 227 000 tonnes de pétrole brut qui se déverseront à la mer et pollueront 400 km de côtes. Depuis la marée noire « inaugurale » du Torrey Canyon le 18 mars 1967, c’est la troisième fois que les côtes bretonnes sont souillées par les hydrocarbures. Celle de trop.
Si l’Amoco Cadiz tient aujourd’hui encore une place à part dans la mémoire collective des Bretons, c’est que son échouement a donné lieu à la pire marée noire alors jamais enregistrée dans le monde, par la quantité incroyable de pétrole brut qu’il a déversé à la mer. Bien d’autres pollutions aux hydrocarbures ont suivi, parfois tout aussi dramatiques, mais jamais depuis une telle quantité de pétrole ne s’est échappée en une seule fois d’un même bateau. 4 mois d’un travail acharné seront nécessaires pour nettoyer le rivage, au moins en surface, et plusieurs années à la flore et à la faune durement impactées pour retrouver un équilibre.

Bleu Pétrole


Mercredi 9 décembre 2020 à 18H
Le Phäkt // Visite de l’exposition "Le voile du palais"


Exposition collective autour de la voix et du chant lyrique.
Au travers de l’imagination, le développement de l’instrumentation scientifique, de la phonétique et des technologies de l’enregistrement, l’exposition explore la notion d’artificialité liée à la voix, posant le chant comme technologie du corps et l’enregistrement comme technologie de la voix.

 

Mercredi 20 janvier/ 18H
Ecomusée du pays de Rennes
Visite de l’exposition Mes années 70 : clichés de campagne.

Grandir à la campagne dans les années 70, c'était comment ?
L'exposition propose à travers 6 ilots thématiques regroupant objets emblématiques, photographies et témoignages le cheminement d'un individu (qui pourrait être vous, vois parents), de l'enfance à l'âge adulte !
Dans une société en pleine mutation ou la reprise de la ferme familiale n'a plus vraiment la cote, on s'émancipe bien volontiers, on se cultive à travers la pratique de nouveaux sports ou de musiques à la mode, on répond aux sirènes de la société de consommation qui permet d'accéder à un logement et de le rendre confortable, on s'engage aussi contre le nucléaire ou pour le droit des femmes. Mais cette société en pleine ébullition ne prend-elle pas le risque de se couper de ses racines ?

Photo un couple dans l'herbe

 

Mercredi 17 février à 18H
EESAB
Visite du site de l’Ecole Européenne supérieure d’Art de Bretagne  et des projets en cours.  

 
Installée depuis 1911 dans l'ancien couvent des sœurs de la Visitation au 34 rue Hoche, l'EESAB est une école publique d'enseignement supérieur en art et en design. Elle prépare à des diplômes de grade Licence et Master dans trois options : art, design et communication-design graphique. Le recherche s'articule autour d'unités : Formes du temps ;  Demain, l'océan et Design et pratiques numériques.
De nombreux partenariats académiques, socio-économiques et  culturels alimentent la pédagogie basée sur le projet et l'interaction avec le monde contemporain. Les artistes et les designers de demain pensent et inventent les formes de demain avec les préoccupations essentielles de  de notre époque : éco-responsabilité,  lutte contre les discriminations, avec audace.

Photo de l'EESAB


Mercredi 17 mars à 18H
Visite de l’atelier de l’artiste Lucile Viaud.
 

Lucile démarre son cursus à l’Ecole Boulle et obtient en 2015 son Diplôme Supérieur d’Arts Appliqués en design d’objet. Elle lance la même année son projet, Ostraco, né dans le cadre de ses recherches de fin d’études.
Lors de son parcours de formation, Lucile Viaud entame une démarche de valorisation des déchets issus de la filière marine bretonne afin de créer une matière 100% marine. Elle développe ses propres recettes en substituant peu à peu les matières premières présentes dans la composition du verre par des matériaux sourcés de la mer (coquilles, carapaces, arêtes, algues), et obtient ainsi deux matériaux : un plâtre marin et un verre marin.
À partir de ces matériaux, elle lance en 2017, en collaboration avec un artisan spécialisé dans le travail du verre à chaud, une première collection d’objets soufflés à la canne sous la marque Ostraco. Ces créations uniques sont notamment destinées aux arts de la table. Elle a, par exemple, réalisé un ensemble verrier sur-mesure pour le chef étoilé Roellinger. Pour cette collection, elle utilise le verre qu’elle nomme Glaz, obtenu à partir de coquilles d’huîtres réduites en poudre.

 

Infos & réservation :
Ces visites s'adressent aux étudiants et personnels de l'université

Gratuit réservation obligatoire : cultureatuniv-rennes1 [dot] fr ou 02 23 23 55 68
Attention jauge limitée !